Espagne, La Coruna

Personne n’a dit que ce serait facile, ils ont juste dit que ça en valait la peine !

La veille du départ de Lorient, les enfants ont rappelés à leur papa qu’il avait dit : « avant de partir, on se fera plaisir en mangeant un bon hamburger !» Comme vous le savez, les enfants n’oublient rien… Nous avons donc été au restaurant du port l’Optmist pour honorer cette promesse in extremis . Même moi, j’en ai pris un pour profiter de ce moment avec eux…

Cette nuit là, nous avons un peu mal dormi…

 

Et puis, le jour J est arrivé, le soleil s’est levé sur le port de Kernevel comme tout les jours. Mais jeudi dernier, c’était différent, c’était NOTRE jour !

Vers 11h.

Sofiène : d’abord, tu vas larguer les amarres croisées de l’arrière du bateau. Ensuite, celles tribord arrière, milieu et puis celle de l’avant. Ensuite tu iras larguer celles de bâbord. Celle du milieu et enfin, arrière.

Moi : Ok… euhhhh, tu peux répeter une fois ?

Peu de temps avant de larguer la dernière amarre, un ras de marée au niveau de mes paupières me submerge… Un petit groupe arrive pour nous dire au revoir. Ça n’était pas prévu…Nous n’attendions personne pour nous saluer au moment de notre départ. Il se joint à Stéphane et à notre voisin Alain…

Le cordon ombilical coupé, nous sommes sortis du port. Je suis restée un moment à l’avant du bateau pour réaliser…

Et puis, le Capitaine m’a donné la barre, m’a dit de me mettre face au vent, la grand voile est montée dans le ciel, comme un oiseau déploie ses ailes.

Vers 16h15, après 5h de navigation, nous sommes arrivés à Sauzon, notre port préféré de Bretagne. A marée basse, Sofiène à fait consciencieusement une retouche d’antifooling. Moi, j’ai fait des bracelets avec Lynn. J’ai sorti de ma boîte secrète un nouveau jeu pour les garçons.

 

 

Mon petit potager

Naèl a appris à cuisiner des patates rissolées et des courgettes.

Le lendemain, vers 20h45, nous avons navigué de nuit jusqu’à la pointe sud de Belle-ile. Dans le noir absolu, nous sommes arrivés dans une baie. Torche en main, j’ai indiqué le chemin au Capitaine. Au fur et à mesure de notre avancée, des bateaux ancrés apparaissaient à seulement quelques dizaines de mètres. Dans l’immensité de la nuit, nous avons ancrés jusqu’au petit matin.

Le 6 septembre, la grande traversée 

C’est ici que les choses sérieuses ont commencées !!!

Durant 2,5 jours, nous avons traversé le Golf de Gascogne !

Le matin de la traversée, je me suis préparée une tisane au gingembre “anti mal de mer”, j’ai mangé quelques noix et nous sommes partis au petit jour. La mer était calme, le levé du soleil, magnifique… Bref, un beau départ !

Les enfants se sont levés chacun à leur tour. D’abord Naèl. Sa première question a été de nous demander quand on allait commencer les cours :-/ Ensuite, la petite tête toute ébouriffée de Lynn est apparue sur le pont et plus tard, Ilian, le dormeur !

Durant cette première journée de nav, le vent a tourné autour des 16 nœuds, le bateau avançait à du 8 nœuds, environ 15km/h.

5 dauphins sont venus nous escorter un moment. Sofiène a monté la canne à pêche mais l’hameçon n’a trouvé que ma cuisse pour s’accrocher !

La fin de soirée a été plus mouvementée… Naèl et Lynn ont ouvert le bal des vomis! Ils ont tous les 3 dormi au frais sur le pont, sous leur couette bien chaude.

A une heure du mat, le Capitaine m’a réveillée pour mon premier quart. J’avais bien dormi et je n’avais aucune appréhension à l’idée de prendre la barre seule.

Il m’a dit :

« Cap 234. si la vitesse du vent dépasse les 24 nœuds, tu me réveilles. Regarde bien le GPS pour voir la présence d’autres bateaux et surveille bien l’horizon. Tu peux me réveiller dans 2 heures. Ou 3 heures si tu es en forme » .

Face à la mer, face à moi même, j’ai pris les commandes dans l’obscurité totale. Naèl et Lynn ont été de nouveau malades. Ils ont vomit dans les seaux préparés et puis ils se sont rendormis… Ils gèrent, ne se plaignent pas… J’ai pris en second quart en fin de nuit. Le temps passe vite durant les quarts. On a le temps de penser, de se retrouver.

Et puis, il m’a attrapé moi aussi ! Il était caché quelque part, prêt à me sauter à la gorge ! Ce petit monstre invisible qui vous endort pour mieux s’emparer de vous !

LE MAL DE MER ! Le mal de mère !

La journée du 2ème jour a été difficile. Les enfants et moi sommes restés longtemps couchés, nous avons beaucoup discuté pour passer le temps. On a rêvé, on s’est rappelés des bons souvenirs, on s’est projeté dans l’avenir. Tout était bon pour ne plus être dans le moment présent !

Naèl «  moi, j’aimerai être dans un bon bain, à la maison, en train de manger des pommes coupées en morceaux, ou alors, tranquille devant la TV, devant un bon dessin animé ! ». Moi, aussi, j’aurai voulu être ailleurs à ce moment là… Avancer le temps… Nous avons malgré tout tourné la situation à la rigolade en félicitant celui qui vomissait, en chantant même! En général, il se sentait bien mieux après. Lynn est restée 2 jours couchée sans se lever. J’étais tracassée pour elle. Ilian a aussi été malade mais très peu.

La petite Lynn, courageuse….

Pendant ce temps, Sofiène a assure la sécurité du bateau en bon Capitaine, bon pied (marin), bon œil ! Il est resté concentré sur ses cartes, le vent, les quelques bateaux rencontrés, a vidé les seaux… Lui, sur son cheval blanc, et moi….sur un taureau en plein rodéo ! Olé

Les heures ont passé… Mon dernier quart a été épique. La commande du pilotage automatique s’est déconnectée et le bateau a brusquement changé de cap. Les voilent se sont dégonflées et ont commencé à faire du bruit. Sofiène est vite arrivé à ma rescousse ! Puis j’ai terminé mon quart tranquillement.

TERRE, TERRE!

Le 3ème jour, nous avons entendu mon amour dire : « terre, terre ! ». J’ai vu un sourire illuminer le visage de Naèl. Moi, une petite larme de soulagement a roulé sur ma joue. Je n’imaginais pas que cette traversée allait être aussi éprouvante. Mais les navigations sont comme des accouchements. Elles sont vite oubliées ! Une fois le pied à terre, une joie immense nous envahit à l’idée de découvrir le pays qui s’offre à nous… Je suis fière de chacun d’entre nous!

La Corogne en Espagne nous a accueilli. Nous nous sommes perdus dans ses rues, nous mêlant à la population.

La Coruna, en espagnol, est la plus grande ville de Galice. Ses habitants ont la réputation d’être de bons vivants. Ils ont le sourire aux lèvres, ils aiment se promener tard le soir, se réunir dans les rues pour discuter. On s’y sent en sécurité.

Et puis, il y a les tapas ! Un pur bonheur… mais les bars les plus célèbres sont aussi les plus bondés. Les places sont chères et souvent, les locaux mangent debout au comptoir.

Demain, escale à Camarinas pour la nuit puis, direction Vigo et ses îles classées reserve naturelle.

This Post Has 22 Comments

  1. Super récit Isa, surlle belle aventure cela donne envie de suivre votre exemple mais pour ma part, pas par mer… bon vent a vous…

    1. Merci Renaud de suivre nos aventures! Gros bisous à toute la famille😘😘😘

  2. Super bien raconté, j aime beaucoup les détails que tu donne car on se sent réellement avec vous, on vit votre aventure avec beaucoup de plaisir, encore merci et bon voyage à vous et profitez un max, gros gros bisous 😘

    1. Merci Jaouad, merci de laisser un petit mot aussi. Savoir que nous sommes entourés nous fait avancer! Bisous à toute la famille des Seacroods

  3. Toi, toi, toi en een dikke zoen van Sterre voor Lynn. Groeten uit Elewijt . Goedele

    1. Dankjewel Goedele!! Lynn maakt ook grote kusjes aan Sterre. Ze praat vaak over haar !!! Bedankt ook voor de zorg voor kinderen met zoveel geduld en passie. Je blijft in de herinneringen van onze kinderen.

  4. What a trip to La Coruna🤢🤮! Love reading youre blog Isabelle, its great!
    Take care! Be safe!

  5. What a trip to La Coruna!🤢🤮! Love to read youre blog Isabelle. Looking forward to the next episode!
    Stay safe😘

    1. Thank you for your comments. We did not take enough time to know each other in Elewijt. The sea brings us closer and that’s a good thing!
      Big kiss

  6. Oeps, i keep repeating myself🙄

  7. Waouw, quelle aventure ! Je vous souhaite d’en profiter un max. Je me rappelle les paroles d’un chanteur que j’aime bien. “Quand je serai grande, je veux être heureuse, savoir dessiner un peu… Savoir me servir d’une perçeuse, savoir allumer un feu. Jouer peut-être du violoncelle, avoir une belle écriture pour écrire des mots rebelles à faire tomber tous les murs…” ou encore “si l’école ça rendait les hommes libres et égaux, le gouvernement déciderait que c’est pas bon pour les marmots”. En conclusion, à la question “C’est quand qu’on va où ?”, tu peux fièrement répondre : “C’est maintenant !”. C’est rare et c’est tellemement beau !

    1. Merci Chri,

      Ce même chanteur à écrit :

      C’est pas l’homme qui prend la mer
      C’est la mer qui prend l’homme”
      Moi la mer elle m’a pris
      Au dépourvu, tant pis…

      J’ai eu si mal au coeur
      Sur la mer en furie
      Qu’j’ai vomi mon quatre-heures
      Et mon minuit aussi.

      J’me suis cogné partout
      J’ai dormi dans des draps mouillés
      Ca m’a coûté des sous
      C’est d’la plaisance, c’est l’pied !

      Dès que le vent soufflera je repartira
      Dès que les vents tourneront nous nous en allerons…

      Merci pour ton commentaire, c’est tout toi!
      Les Seacroods

  8. Merci de partager cette magnifique aventure avec nous, qui sommes restés à terre! On attend la suite avec impatience 🙂
    Enjoy et prudence !

    1. Merci à vous 2! Vous faites un peu partie du voyage en nous suivant, on vous embarque avec nous 😍! Gros bisous de tout l’équipage!!!

  9. Quel beau voyage. Ça va mieux le “vomito”?Gros bisouuuus 💙💙💙💙

    1. Oui, ca va mieux!!!
      Bissous

  10. Top le blog !
    Désolé d’avoir raté votre départ, je serai bien passé vous dire au revoir.
    Bon vent et enjoy !
    Marc (le copain de Thierry DELAUNAY)

    1. Merci Alain!
      Tu viendras nous acceuillir à notre retour 🙂
      Bonjour à Patricia! je lui avais envoyé des messages sur Whats app mais je pense qu’elle ne consulte pas cette application.
      Gros bisous à vous

  11. Super blog
    Continuez avec photos et commentaires.
    Le détour à Sesimbra vous a plu !?
    J’ai oublié de dire au Pirate du bord que les Hamburgers portugais sont des “Tosta mixta especial”
    Bon vent
    Francis

    Le website indiqué fonctionnera fin octobre normalement

    1. Merci Francis, oui, sesimbra nous a séduit! Son authenticité est dépaysante!
      Nous faisons passer le message au petit pirate!
      Merci pour ton message; Nous nous réjouissons de découvrir tes oeuvres.

      L’équipage de SeaCroods

  12. Quel récit, quel bonheur de vous lire!
    Bravo pour cette aventure, d’oser la découverte et de voir combien l’amour et la famille peuvent beaucoup!
    Bravo pour le dépassement des soucis, des petits accros et de se concentrer sur les belles choses (du passé ou du présent)!
    Merci de cette aventure contée et racontée; elle nous donne à notre tour envie de vivre nos rêves!

    1. Une fois en formation on m’a demandé d’analyser la situation.. c’est ce que nous faisons pour avancer vers notre target…

Leave a Reply

Close Menu